J’ai fait de l’aquarelle tout à l’heure, et je râlais intérieurement à cause de quelques pétouilles, parce qu’elle n’était pas parfaite. Et puis ça m’a rappelé un principe important que je souhaite partager avec toi aujourd’hui…

Moi aussi j’ai cru longtemps que si j’attendais juste encore un peu, le bon moment aller arriver. Tu sais, celui où toutes les planètes s’alignent, où le ciel te sourit, où le prince arrive sur son cheval pour t’emmener là où les méchants sont punis.

J’ai attendu, attendu, et attendu. Et ma situation ne s’est pas améliorée: elle a empiré. De plus en plus. De manière grave.

Et puis finalement j’ai pris ma décision, et je suis partie.

Et ça n’a pas été parfait—rien n’est jamais parfait, la perfection totale n’existe pas.

Je n’ai pas miraculeusement changé ma vie de A à Z en sortant de chez la personne toxique. J’ai changé petit à petit, pas à pas. J’ai perdu au passage des gens à qui je tenais beaucoup.

S’il fallait le refaire, je le referais sans hésiter. En agissant, j’ai créé la vie qui me convenait, et attiré autour de moi le bonheur et la sérénité.

On peut dire que ma vie est presque parfaite aujourd’hui…

Parfait n’est pas un moment.

Parfait est un chemin. Une trajectoire.